A Sorigny, l’éolien crée des inquiétudes

Photo NR

Publié le 04/03/2021 à 06:25 | Mis à jour le 04/03/2021

Un projet éolien déjà contesté par de nombreux Sorignois.

Le projet d’installation de quatre éoliennes de 2,6 MW unitaire pour une mise en service en 2026 crée une véritable polémique dans la commune où de nombreuses personnes s’inquiètent des dégâts paysagers au niveau des Millardières, sur la D 21, en direction de Louans. D’autres expriment leurs craintes sur la valeur de l’immobilier.
Il est reproché au maire Alain Esnault d’avoir occulté le dossier pendant la dernière campagne électorale. Suite à la distribution d’un flyer signé Engie où on lit « Développer un projet éolien sur Sorigny, c’est répondre à l’engagement local en faveur du développement durable »« La mairie de Sorigny et Engie Green travaillent conjointement à l’installation d’un parc éolien », les riverains expriment de légitimes interrogations. Déjà en 2017, les trois propriétaires des terrains concernés par l’installation des éoliennes avaient signé une promesse de bail avec la société Saméole (filiale d’Engie).
Le maire répond : « Les projets éoliens sont portés par l’État par l’intermédiaire des préfectures. Pour Sorigny, la préfète a chargé le pôle éolien français de rédiger un schéma de déploiement d’éoliennes. Il indique les emplacements possibles à Sorigny. Le schéma régional éolien du Centre de 2012 a émis des conclusions identiques. Considérant ces données en ma qualité de maire, j’ai rencontré la société d’investissements Saméole en 2016. En 2017, cette société a obtenu l’accord des propriétaires terriens pour construire quatre éoliennes. Le conseil municipal du 22 mai 2018 a été favorable à la poursuite des études. C’est la seule délibération qui a été prise. » Et de préciser : « Ce n’est pas, je le rappelle, un bon de commande. »
Alain Esnault poursuit : « Autorisée par les services de l’État, la société Saméole a réalisé une étude environnementale dite “ quatre saisons ”. Un comité de pilotage d’élus a été constitué avec les maires de Villeperdue, Saint-Branchs, Sainte-Catherine-de-Fierbois et Louans pour suivre ce projet. »
Pour le maire de Sorigny, « il n’y a rien de secret puisque tout est soumis à autorisation, je n’ai pris personne en traître, et compte tenu de l’évolution du dossier porté par la société Engie Green, j’ai informé les Sorignois sur un projet que la municipalité ne maîtrise pas puisqu’il fait partie des grands chantiers nationaux managés par l’État. » Alain Esnault annonce « une commission générale des élus pour débattre du projet et une réunion du comité de suivi. Les élus se prononceront pour ou contre le projet fin mars ».